Rechercher
  • Delphine Alibert

Et si on repeignait le salon ?

On oublie ses classiques : peindre une pièce n’a pas pour seul objectif de recouvrir les murs d’une couleur pour pouvoir y accorder sa déco.

Peindre une pièce, c’est lui donner du volume, de la structure, jouer avec les perspectives.

Alors on se lance, on ose et surtout on réalise qu’au même titre que des objets de déco ou que du mobilier, la peinture va venir donner un style, un caractère et une structure à votre pièce.

La Maison D vous livre ici quelques astuces qui pourront vous aider si vous décidez de vous lancer. Certes il vous faudra un peu de matériel et de précision (voir même de l'aide), mais tout est faisable en respirant par le ventre :

- Dans une pièce qui manque de profondeur, on ne peint que le mur du fond. Et hop on gagne en perspective.

- Si vous recherchez à créer un effet cocon, ça peut être le cas pour une chambre, optez alors pour peindre 2 murs adjacents. On viendra ainsi gommer un des angles de la pièce et apporter un côté cosy.

- Pour élargir une pièce, on peint des bandes horizontales. A contrario, pour l’allonger, on peindra des bandes verticales. On peut aussi s'amuser en variant la largeur des bandes.

- Pour créer un volume, on ne peint qu’un morceau de mur. Par exemple, dans une très grande pièce ouverte qui accueille salon, salle à manger et cuisine, on décidera de peindre le mur de la cuisine d’une couleur différente des autres. Ou bien encore de ne peindre que le manteau d’une cheminée pour la faire ressortir.

- Si le plafond est bas, appliquez de la couleur au niveau du soubassement. Du plus bel effet, notamment sur un mur mansardé.

- On oublie de peindre de façon uniforme, lancez vous en peignant un encadrement, autour d’un lit ou d’une porte...

- Et pourquoi ne pas peindre son plafond ? On privilégiera cette option lorsque celui-ci est haut et que l’on souhaite réduire la hauteur.


Dernière astuce pour les petits espaces : même si la hauteur sous plafond est standard, on peut avoir un sentiment de « riquiqui ». On peindra alors les murs d’une teinte plus soutenue que le plafond mais on ne peindra pas jusqu’en haut. En laissant une bande blanche ou de la même couleur que le plafond, de 20 à 30 cm en haut, le plafond prend de la hauteur.


Je n’ai volontairement pas abordé ici le choix du type et de la couleur de la peinture, il y a tellement à en dire (et je réalise de très bons « conseils peinture » sur demande 😉). Petite précision néanmoins, bien que les couleurs sourdes soient très en vogue actuellement, on évite dans les pièces trop exiguës au risque de les rendre encore plus petites. Et n’oubliez pas que les couleurs sombres rapprochent, et que les couleurs claires éloignent. C’est dit !


Vous l’aurez compris tout ça ne reste qu’une histoire d’illusion d’optique, vous pouvez dorénavant m’appeler David Copperfield !




33 vues0 commentaire